“Un road-trip au pays des Vikings”

NDLR: Le texte qui suit nous a été envoyé par madame Mariette Aubin et monsieur Alain Tassé, des caravaniers Québécois qui ont voyagé en Scandinavie cet été.

Notre VR – camping près d’un fjord, Augustenborg (Danemark)

Un road-trip au pays des Vikings

Nous sommes partis de Montréal le 3 juin 2019 en direction de Hambourg, en Allemagne, pour récupérer le VR que nous avions loué :  un véhicule de type B+, de marque Burnster, modèle Ixeo time IT (30e édition),  7,14 m de longueur, 2,3 m de largeur et 3 m de hauteur.  Et il était tout neuf – quelle chance!.  Pourquoi passer par l’Allemagne pour se rendre en Scandinavie? Parce que la location est beaucoup moins chère et qu’avec une location de plus de 31 nuits, si on l’a réservé de l’étranger, on économise aussi  la TVA, ce qui représente quand même 19% de moins!  C’est le même genre d’évitement douanier que la formule achat-rachat pour les voitures en France.

Nous avons passé les 2 premières nuits dans un camping conventionnel, à proximité du loueur, afin de s’assurer que tout fonctionnait bien, qu’on avait bien compris les instructions de tous les systèmes et aussi pour faire des provisions et raffiner nos plans de voyage compte tenu de la température prévue.

Après un trajet sans difficulté d’un peu plus de 3 heures, nous sommes arrivés au Danemark, et l’aventure commence!  Notre périple nous a mené de l’ouest du Danemark, à la Suède, puis en Norvège.  Ensuite, retour en Suède et au Danemark pour une autre région de ces deux pays, avant de rejoindre l’Allemagne pour retourner le véhicule après 35 nuits.

Aire de service pour VR sur une marina, avec services, Struer (Danemark)

Nous avons parcouru 6,420kms au cours du voyage qui nous a mené aux principaux sites d’intérêt, y compris les capitales Copenhague, Stockholm et Oslo, sans oublier bien sûr les nombreux sites et musées vikings qui sont très présents en Scandinavie.

Durant notre périple, nous avons passé la nuit  dans une grande variété de sites différents :  des campings plus traditionnels, des haltes routières prévues à cette fin,  des aires de stationnement ou de service réservées aux camping-cars, et même parfois sur la rue où comme à Copenhague, certains stationnements sont plus larges et plus longs pour permettre aux plus gros véhicules de stationner en toute sécurité et en toute légalité.  Certains de ces sites étaient gratuits, d’autres à peu de frais.  Le paiement se fait souvent  à une borne (automate).   Même si certains de ces sites prennent l’allure du stationnement de grands magasins,  d’autres sont dans une marina, sur le bord d’un point d’eau ou d’un petit parc et même, comme à Ystad en Suède, face à la mer Baltique!

Pour trouver où dormir, nous avions souscrit au préalable à un abonnement de la carte de camping ACSI et de la carte camping-key Europe (CKE) afin de profiter de rabais sur les terrains de camping. Nous avons pu profiter de la carte ACSI mais la CKE n’a été d’aucune utilité.   Puis, nous avons découvert Campercontact et Park4night.  Campercontact propose un large éventail de possibilité pour les camping-cars dont des campings, des aires de stationnement (avec ou sans services), gratuits ou payants.  Chaque site fait l’objet d’une bonne description sur les services et l’environnement général.  Plusieurs langues sont disponibles, dont le français et l’anglais.   Chaque voyageur ayant ses propres critères de sélection, il est intéressant de lire les commentaires des utilisateurs afin d’avoir encore une meilleure idée de ce qui nous attend.  Nous avons été très satisfaits de nos trouvailles!    Quant à Park4night, bien qu’il offre aussi des campings, il semble plus axé sur des aires de stationnement pour camping-car.  Mais c’est extrêmement pratique aussi, en français et en anglais.

Camping plus chaotique!  près de Stockholm (Suède)

Par contre, les informations ne sont pas toujours à jour et il est arrivé que des panneaux interdisaient maintenant le stationnement de nuit bien que c’était recommandé comme permis d’après leurs plateformes.  Nous n’y sommes pas restés mais il semble que d’autres ne se soient pas inquiétés des interdictions…

Ces deux plateformes proposent aussi des endroits en Amérique du Nord, mais nous ne les avons pas encore mis à l’épreuve.  A date, nous sommes membre de Passport America, même si les restrictions pour le rabais de 50% ne cessent d’augmenter.   Ce sera deux plateformes à découvrir.  Mais il faut dire que bien que ce soit parfois permis, l’idée de passer la nuit sur une aire de repos en bordure d’une autoroute aux Etats-unis, malgré la présence d’un garde armé, n’a rien de vraiment engageant…

Nous avons fait un très beau voyage malgré les difficultés avec la langue locale, notamment pour lire les panneaux routiers qui expliquaient les détours et déviations sur les très nombreux chantiers routiers (et oui, Montréal n’a pas le monopole en cette matière!), et les difficultés de stationnement dans les plus grandes villes compte tenu de notre véhicule – qui n’était pas très compatible avec les villes médiévales.    Les campings où nous sommes restés étaient en général bien organisés, avec quelques exceptions où il s’agissait davantage de grands terrains où les gens s’installaient un peu n’importe comment, et où l’accès à l’alimentation électrique devenait un défi en soi!   On a compris pourquoi le fil électrique fourni mesure plus de 25 m.  Les aires de service pour camping-car où nous avons passé la nuit étaient très calmes, et en général  très fréquentés – donc il faut arriver assez tôt.   Les VR ont une autonomie d’énergie bien supérieure à celle que nous connaissons en Amérique, donc il n’y avait pas d’inquiétude à ce niveau et on pouvait recharger nos appareils électroniques pendant que nous roulions avec le véhicule.

Aire de stationnement 24heures, face à Lillehammer (Norvège)

Après avoir remis notre véhicule, le 9 juillet, nous avons passé la nuit à l’hôtel Radisson Blu directement à l’aéroport de Hambourg.  Notre vol vers Montréal partait tôt le lendemain matin.

En résumé, nous avons fait 6,400 kms sur 35 nuits dont 17 nuits dans des campings traditionnels, souvent près des plus grandes villes afin de pouvoir laisser le VR en sécurité la journée et emprunter les transports publics pour visiter.  La moyenne de ces nuitées est de 40$ CAD.  Nous avons aussi passé  8 nuits sur des aires de camping-car, la plupart du temps avec tous les services,  avec une moyenne de 18$ CAD,  et 10 nuits gratuites.  Bravo pour les applications de Campercontact et de Park4night.     Il est à noter qu’en Europe, notamment pour les Néerlandais et les Allemands, il existe un nombre impressionnant de telles plateformes, mais elles ne sont pas accessibles en français ou en anglais.

Nous espérons que ces informations vous aideront dans vos prochains voyages en Europe!

Alain Tassé/Mariette Aubin
Août 2019

NDLR: Nous tenons à remercier sincèrement madame Mariette Aubin et monsieur Alain Tassé de nous permettre de publier ce récit si intéressant et instructif.

Vous avez des récits de voyages ou des commentaires à formuler? Cliquez sur ce lien…

Voir aussi

Les VR d’explorateurs…

Tous les manufacturiers ont compris le message, la pandémie a ouvert les vannes d’une nouvelle …

Laisser un commentaire

error: ATTENTION! CONTENU PROTÉGÉ!