Accueil / Actualités VR / Histoire de roulotte: La fable du Corbeau et du Renard…

Histoire de roulotte: La fable du Corbeau et du Renard…

Histoire de roulotte: La fable du Corbeau et du Renard…

Nous avons déjà parlé dans notre blogue des commerçants sans scrupule qui n’attendent que la bonne occasion pour arnaquer les consommateurs crédules qui leur font confiance.  Voici l’histoire d’un couple  qui voulant économiser quelques centaines de dollars à l’achat d’un VR se sont retrouvés sous l’emprise d’un marchand qui malheureusement aura le dernier mot à la fin.  Cette expérience laissera un goût amer à nos deux consommateurs pourtant honnêtes et qui ne cherchaient qu’à faire une bonne affaire.  Nous ferons ici un résumé du courriel qu’ils nous ont fait parvenir pour raconter leur expérience.

En visitant un commerce de vente de VR dans leur région ils sont tombés en amour avec un modèle 2012 de caravane à sellette nouvellement arrivé sur le marché.   Tout leur convenait et voyant que le marchand ne pouvait leur accorder le rabais qu’ils avaient demandé ils ont simplement décidé d’attendre au lendemain avant de prendre une décision finale.  Mal leur en pris car de retour chez le marchand le lendemain ils apprennent que le véhicule est vendu. C’est ensuite qu’ils ont décidé de magasiner sur le web.  Comme mentionné plus haut le modèle de Fifth Wheel tant convoité venait tout juste de faire son apparition sur le marché et seuls quelques marchands en avaient des copies en inventaire.

En surfant sur le web nos deux amis ont découvert un commerçant d’une autre région qui offrait le modèle recherché.  Sans hésiter ils se sont rendus sur les lieux et ont acheté le VR qui leur a permis une économie de 1000$.

C’est ici que l’histoire commence, les problèmes aussi!  Certains d’avoir fait l’achat de leur vie nos deux tourtereaux se sont rendus compte un peu trop tard que l’étiquette descriptif apposée sur leur VR neuf ne correspondait pas vraiment au numéro du modèle décrit sur le contrat d’achat.  En vérifiant le numéro de série sur la plaquette d’identité ils ont découvert que ce dernier non-plus ne correspondait à celui apparaissant sur le contrat, puis ils sont allés de surprises en surprises…ce n’était là que le début d’une saga interminable.

En fait depuis la première rencontre avec le marchand ce dernier les a induits en erreur sur toute la ligne.  On a caché aux clients le fait que le VR qu’ils regardaient était un véhicule utilisé par le fabricant pour en faire la promotion.  Ce véhicule avait parcouru des milliers et des milliers de kilomètres et ne possédait pas les mêmes caractéristiques que le modèle final vendu chez les autres marchands.  Il y manquait plein de détails de finition, la surface extérieure était égratignée, l’attache était défectueuse et j’en passe puisque la liste s’allonge sur plus d’une page.

Voyant que le VR ne répondait pas aux spécifications et aux conditions exigées pour être considéré comme acceptable, les clients ont commencé à douter sérieusement de leur achat.  Ils ont alors demandé au commerçant  de reprendre la caravane à sellette et de leur remettre leur argent.  Le marchand a refusé prétextant qu’ils avaient signé un contrat et que ce dernier était conforme et légal et qu’ils avaient acheté le véhicule en connaissance de cause.  Voyant cette réaction ils ont embauché un avocat afin de régler le litige, après plusieurs tractations auprès du marchand ce dernier a accepté de reprendre le véhicule à condition que les clients prennent un autre VR similaire dans la cour et a exigé un montant supplémentaire de quelques milliers de dollars pour couvrir les équipements optionnels qui équipaient le nouveau VR.

Les clients sont sortis perdants et humiliés de cette situation. Le marchand, lui, malgré sa faute avouée a quand-même réussi à augmenter sa marge bénéficiaire sur le dos de ces consommateurs qui croyaient faire un bon « deal ». Au contraire ils se sont fait avoir puisque ils auraient payé moins cher en acceptant l’offre du premier concessionnaire qui en plus est situé dans leur région.  Maintenant que vont faire ces caravaniers s’ils ont des problèmes avec leur nouvelle Fifth Wheel?  Il leur sera difficile d’exiger du marchand local de leur donner le meilleur service possible après s’être procuré le VR ailleurs.  Le commerçant local n’a aucune obligation envers eux, et de se rendre à plus de 160 kilomètres de leur localité chez un marchand avec lequel ils ont eu du fil à retordre ne les enchantera certainement pas.

Comme toute fable doit se terminer avec une morale, nous aimerions que vous nous fassiez connaître la morale que vous tireriez de cette histoire.  Si vous avez-vous aussi une fable à nous raconter nous serons heureux de la publier.

La fable du Corbeau et du Renard

NDLR : Afin de protéger l’identité du couple et de leur éviter des représailles nous avons modifié et omis certaines informations volontairement.

Voir aussi

Sondage National

Sondage National

Sondage National Sondage national sur les régions du Québec que les campeurs préfèrent. Chaque année …

Laisser un commentaire