Accueil / Actualités VR / Déception à la livraison d’un VR, pourquoi ça arrive?

Déception à la livraison d’un VR, pourquoi ça arrive?

Déception à la livraison d’un VR, pourquoi ça arrive?

Déception – Laissez-moi vous raconter une des nombreuses histoires que nos lecteurs nous racontent.  Ça peut arriver à tout le monde ce genre d’incident, mais on aimerait mieux que ce ne soit pas à nous…

Tout les caravaniers vous le diront, le jour de la prise de possession d’un nouveau VR devrait être une journée fantastique!  Or ce n’est pas toujours le cas…

Ce couple vient de prendre possession d’un tout nouveau motorisé 2018.  Déjà au moment de la livraison ça n’augure pas très bien, quelques détails laissant croire que la préparation du véhicule n’est pas optimale.  Des tiroirs qui ne ferment pas, un haut-parleur qui ne fonctionne pas, un fauteuil brisé ( coupure dans le cuir), le lit escamotable dont le fusible a sauté 3 fois durant la démonstration etc…  Les clients devront donc revenir 2 jours plus tard pour faire corriger tous ces imprévus.  Mais voilà qu’une fois sortis de la place d’affaires du commerçant, d’autres problèmes surgissent.

En examinant leur achat de plus près, les clients s’aperçoivent de la piètre qualité de la finition et de plusieurs défauts de fabrication et pour finir le plat, tous les systèmes semblent lâcher les uns après les autres.  Lit escamotable, prises électriques, pompe à eau, moteur du ventilateur, stores, chauffe-eau, bosses sous le couvre-plancher qui risque de perforer à tout moment, pieds niveleurs qui annoncent leur mise en place alors qu’ils roulent à 80km/h, ceintures de sécurités trop courtes et ça continue… 

Vous comprendrez que ces clients ont perdu toute confiance envers leur VR et qu’ils sont découragés par tant de calamités s’acharnant sur eux après seulement 5 jours de possession.

Les manufacturiers ont beau prétendre que leurs produits sont parfaits, l’inspection pré-livraison est l’étape cruciale que chaque VR vendu doit subir avant que le client puisse en prendre possession.  Si les marchands omettent cette étape importante, les clients peuvent s’attendre à de bien mauvaises surprises.  Difficile de croire qu’on laisse partir un client avec un véhicule récréatif non-fonctionnel.  Le spécialiste ou le technicien qui a procédé à la démonstration aurait du avoir un déclic et faire les démarches pour éviter que les clients se retrouvent aux prises avec des problèmes, qui étaient forcément prévisibles.  Et si un accident était arrivé?  Si les pieds niveleurs s’étaient soudainement déployés sous le véhicule en marche?  Si le lit escamotable, localisé au haut du cockpit, s’était mis à descendre pendant que le conducteur était au volant sur la route?

Le client mentionné plus haut a raison d’être fâché.  Il vient d’investir une somme importante (plus de 160,000$) dans un VR de dernière génération pour lequel il est convaincu de la qualité et se retrouve à géré une somme considérable de problèmes techniques qui l’empêchent de jouir de son véhicule.  Quelle déception!

Voyez les conseils de l’OPC pour aider dans ce genre de situation?

 

Photo: RVIA

 

Voir aussi

le prix

Le prix des VR déjà touché par les taxes Trump?

Le prix des VR déjà touché par les taxes Trump? Le prix – Avant même …