Accueil / Dossier / Véhicules lourds: dangers pour les automobilistes
Véhicules lourds

Véhicules lourds: dangers pour les automobilistes

Véhicules lourds:  dangers pour les automobilistes

Véhicules lourds -Vous comme moi avons eu l’occasion de mettre à l’épreuve nos réflexes derrière le volant lors d’une interaction avec un véhicules lourd.  Ces mastodontes imprévisibles sont souvent les cibles de plaintes et de réprimandes de la part des automobilistes.  Mon épouse et moi avons eu une expérience qui aurait pu être fatale sur l’autoroute 20 dans la région de l’Islet en revenant à la maison après une visite chez notre fils près de la Pocatière.

Une journée qui avait bien commencé, une température agréable sans neige ni tempête à l’horizon.  On le sait cette section de route entre Montmagny et St-Jean-Port-Joli n’a pas la meilleure réputation pendant la saison hivernale.  Chaussée glissante, grands vents et brouillards font partie des caractéristiques de cette autoroute longeant le fleuve.  Les changements de conditions sont souvent rapides et imprévisibles.  C’est ce qui est arrivé ce soir là.

Nous avons pris la route du retour et tout laissait présager un parcours calme et sans surprises.  Pourtant à quelques kilomètres de notre lieu de départ les conditions ont pris une toute autre allure.  Une neige légère et virevoltante s’est mise à tomber et au fur et à mesure de notre périple cette neige s’est transformée pour devenir plus dense. Des bourrasques de vent nous ont forcé à ralentir et les lignes au sol ont disparu rendant la conduite plus hasardeuse.

Malgré la visibilité réduite des automobilistes nous doublaient à haute vitesse et on se disait que ce devait être des gens qui connaissaient bien cette portion de route.  Nous avons réduit la vitesse afin de pouvoir mieux prévoir un possible incident et garder une bonne distance avec les autos nous précédant.  Devant nous un camion semi-remorque roulait à environ 90 km/h et nous avons décidé de nous positionner derrière lui et de le suivre à bonne distance.  Cela nous permettait d’avoir une bonne vision de la route et les feux de position du véhicule nous guidaient.

Soudainement nous avons vu apparaître dans le rétroviseur des phares puissants s’approcher à bonne vitesse de notre voiture.  À cause de la densité de l’éclairage provenant du véhicule nous avons immédiatement pu identifier un camion.  Celui-ci s’est approché plutôt rapidement de notre véhicule et s’est engagé pour nous doubler.  On ne voyait plus les lignes de la route.  La neige tombait de façon très dense à ce même moment et lorsque le camion est arrivé à notre hauteur une poudrerie intense s’est produite réduisant notre visibilité pratiquement à zéro.  Au fur et à mesure que le camion semi-remorque nous doublait, ce dernier prenait de plus en plus d’espace et a commencé à empiéter dans notre voie.  Nous étions à quelques pouces d’un accrochage et nous avons dû nous déporter et rouler sur la bande rugueuse et même la traverser pendant un long moment.

Complètement aveuglés nous avons dû ralentir afin d’éviter le pire et laisser le camion s’éloigner avant de reprendre notre vitesse de croisière.  Même après 45 années de conduite automobile nous avons trouvé l’expérience stressante.  Il est temps que les conducteurs de ces véhicules lourds comprennent qu’avec de plus en plus de véhicules sur les routes ils devront apprendre à être plus patients.  Une conduite imprudente ou non adaptée aux conditions de la route sont des infractions en soit. 

À quoi pensait ce chauffeur?

Les caravaniers qui conduisent des motorisés et des camionnettes remorquant des VR devraient aussi prendre conscience des risques possibles lorsqu’on partage la route.

Vous pouvez donner votre avis en ligne sur le site de la Société d’assurance automobile du Québec ou vous inscrire pour participer à l’une des consultations publiques qui ont lieu à Ste-Adèle et à Sherbroke en février.

Quelques statistiques

«De 2010 à 2015, les véhicules lourds représentaient en moyenne 3,6 % du parc automobile. Pendant la même période, 8,6 % des victimes de la route étaient issues d’un accident impliquant un véhicule lourd. En ce qui concerne les décès, la proportion est de 21,6 %.

Selon l’analyse des accidents mortels impliquant au moins un véhicule lourd (2007-2011), les conducteurs de véhicules lourds seraient responsables dans 33,8 % des cas. Lorsque le conducteur du véhicule lourd est responsable de l’accident mortel, les principales causes sont :

  • la méthode de travail
  • l’inattention ou la distraction
  • une conduite imprudente ou non adaptée aux conditions de la route
  • le fait de ne pas avoir cédé le passage
  • la fatigue»

 

Source: Société de l’assurance automobile du Québec

Voir aussi

Salon de la roulotte ProLite

Salon de la roulotte ProLite du 22 au 28 mars 2017

Salon de la roulotte ProLite du 22 au 28 mars 2017 Salon de la roulotte …